Auteur : Antonio Brasileiro



Editions : Rafael de Surtis 
Genre : Poésie
104 pages
ISBN : 978-2-846672-370-1
Prix : 15€00
Dessin de la couverture : Nanja
Préface  : Rita Olivieri-Godet


Traduit du brésilien par
 

 



Quatrième de couverture :


La poésie d'Antonio Brasileiro oscille entre une expression intensément lyrique et un regard tourné vers le monde exrérieur où le poète cherche désespérément sa place. Face au mystère de l'existence et à l'inutilité des choses, face au temps qui passe, sa poésie devient métaphysique. Antonio Brasileiro fait souvent appel à l'ironie, seule capable de masquer son angoisse de savoir que sa voix poétique est autant inutile que nécessaire. La tragédie au quotidien réside dans le fait de comprendre que finalement rien n'est important et que le destin des poètes est de pousser leur rocher inexorablement vers le haut de la colline. La petite anthologie que nous proposons ici réunit des poèmes de différentes phases de la création poétique d'Antonio Brasileiro.


 

L'Auteur : 


Antonio Brasileiro, né à Ruy Barbosa (Etat de Bahia - Brésil), en 1944, vit actuellement à Fera de Santana où il enseigne la Littérature. Dans les années 60 il a crée les Éditions Cordel, publiant de nombreuses oeuvres d'écrivains  bahianais. Auteur lui-même d'une vingtaine de livrfes, il est, depuis juin 2009, membre de l'Académie des Lettres de Bahia.



Extrait :

CANTA DA AMIGA

Um pouco de mim est esta em eu olhar, amiga.
Bem sabes que é assim.
Gosto de pensar que sabes que é assim : 
em teu olhar reflete-se o que sou, 
o que em mim te quer perdidamente.

Um pouco de mim é teu olhar, amiga.
E mesmo tudo assim, pouco sabemos
desses imensos rios em nosso peito.
Pouco sabemos, quase nada mesmo,
dos rios que escuros correm em nosso peito.

Ps : Pardonnez pour les accents incompatible avec mon support.

***************************************************

CHANSON POUR MA BIEN-AIME

Un peu de moi est dans ton regard, ma douce.
tu sais bien que c'est ainsi.
J'aime à penser que tu sais qu'il en est ainsi : 
dans ton regard se reflète ce que je suis,
ce qui en moi te veut éperdument

Un peu de moi et ton regard, ma douce.
Tout est ainsi, nous savons peu de choses
de ces immenses fleuves dans nos coeurs.
Nous savons très peu de choses, presque rien,
de ces fleuves obscurs qui coulent dans nos coeurs.